Patience et longueur de temps


Il est temps d’arrêter Twitter…

J’avais décidé de ne pas m’y connecter durant le mois d’août, afin de préserver mon temps d’écriture et mon inspiration, mais je suppose que ce n’était pas une décision suffisamment ferme, suffisamment formelle pour que je m’y tienne, contrairement au défi très précis que je m’étais lancé en juillet (30 jours sans Twitter, Facebook ni Instagram).

Je me suis inscrite à Strengths for Writers, une sorte d’hybride entre un cours et un coaching donné par la Better-Faster Academy de Becca Syme, et qui a commencé hier.

Je réfléchissais à ce que j’en attendais, et pourquoi je m’était inscrite. Au départ, j’ai fait exprès de m’inscrire maintenant, tant que j’étais en pleine écriture, dans l’idée que ça m’aiderait à continuer et à terminer ce roman. Je n’attendais pas seulement cette aide du contenu même du cours, mais aussi du seul fait de le suivre, qui enverrait à mon cerveau le signal que je prends l’écriture au sérieux en ce moment.

Cependant, ce n’est pas faux qu’il vaut mieux changer de processus entre deux romans qu’en plein milieu d’un premier jet (c’était dans le matériel de ce matin)… J’ai aussi fini hier Dear Writer, You’re Doing It Right. Je ne pensais pas que ça me parlerait autant. Ça m’a notamment rappelé que, parfois (souvent?), la meilleure chose qu’on puisse faire, c’est de continuer ce qu’on fait déjà, de persévérer (c’est dans le titre!). C’est normal que ce soit parfois difficile et long et angoissant d’écrire un roman; il n’y a pas de raccourci.

Samedi dernier, j’ai fini le chapitre 18 d’Invisible, et j’ai donc officiellement atteint le milieu de mon premier jet. C’est à la fois beaucoup et peu! Si la seconde moitié peut s’écrire avec autant d’aisance que la première, j’en serais ravie. J’ai écrit la fin de Nocturne beaucoup plus vite et facilement que le début, alors que pour La Reine, c’était l’inverse : la fin a été très laborieuse. J’attends de voir de quel côté la pièce va tomber pour ce roman-ci…

En faisant mon yoga, j’ai écouté la vidéo de BFA sur le thème Ideation, qui est la seule vidéo correspondant à un thème de mon top 10 que je n’avais pas regardée. Parce que je ne me sentais pas concernée à priori. Finalement, je vois mieux dans quelle mesure j’ai ce talent : il ne s’agit pas forcément d’avoir des idées sorties de nulle part, mais parfois juste de chercher toujours le twist innovant, la petite touche qui va faire toute la différence par rapport à ce qui a déjà été fait. Mélanger les genres littéraires entre eux, ou des idées qui n’ont à priori rien à voir, c’est quelque chose que j’aime beaucoup faire.

Sinon, mon top 5 est, dans l’ordre : Input – Strategic – Learner – Intellection – Responsibility.

,

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire le pourriel. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.