S. J. Hayes

Toutes mes réponses sur les forums

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 18)
  • Auteur
    Messages
  • en réponse à : Toutes les chroniques de la saison 1 #1211
    S. J. Hayes
    Admin bbPress

    Songe d’une nuit d’été :
    « Indéniablement, j’ai passé un très bon moment de lecture avec cette première saison de Nocturne ! Les héros sont sexy en diable tout comme les scènes de sexe, totalement bouillantes et bien menées. Si vous êtes fans de série comme Lucifer qui mêle enquête, romance et surnaturel, vous allez vous régaler ! La plume de S.J. Hayes est addictive ! »

    en réponse à : Toutes les chroniques de la saison 1 #1198
    S. J. Hayes
    Admin bbPress

    Anne Cantore… enfin, Jean-Luc :
    « Un agréable moment de lecture que Jean-Luc vous recommande vivement surtout si vous souhaitez vous essayer à une Romance « paranormale » mais pas trop. Vous trouverez en plus d’un scénario original et bien maîtrisé, une syntaxe et un style agréable. »

    en réponse à : Toutes les chroniques de la saison 1 #1165
    S. J. Hayes
    Admin bbPress

    Follow the Reader (Audrey) :
    « La plume de l’auteure est claire, agréable à suivre et lire. Elle ne fait pas de fioritures, chaque élément est bien amené et a un sens qui sert à l’histoire. Elle trouve les mots et les rebondissements pour nous donner envie de lire la suite. Les scènes de sexes (torrides !) sont à mon goût bien placées, elles nous apprennent quelque chose sur les personnages, et ne sont pas trop nombreuses. Le langage est un peu cru mais crédible : nous sommes dans la rébellion démoniaque, non ?! »

    en réponse à : Toutes les chroniques de la saison 1 #1163
    S. J. Hayes
    Admin bbPress

    Camille Melo Auteur :
    « On fait à peine connaissance avec Mickeal et Léara, qu ils couchent déjà ensemble. Alors que selon moi, l’auteur aurait dû y aller plus doucement, car une relation se construit sur plusieurs semaines, voir plusieurs mois et pas en quelques heures. Par ailleurs, j’ai senti que leur relation manquait d’émotions, elle aurait méritée d’être travaillée plus en profondeur. De plus, j’ai trouvé qu’il y avait un peu trop de moments crus entre eux. »

    en réponse à : Toutes les chroniques de la saison 1 #1162
    S. J. Hayes
    Admin bbPress

    Livres Elin Bakker – Vampire en colocation
    « Le moins qu’on puisse dire est que j’ai vraiment adoré ce livre !
    Je ne m’y attendais vraiment pas !
    Alors, pour commencer, je n’aime pas trop les romances et les récits qui emploient du langage sexuel. Cependant, cela ne m’a absolument pas dérangé dans ce roman ! »

    en réponse à : Toutes les chroniques de la saison 1 #1161
    S. J. Hayes
    Admin bbPress

    Les Rebelles Webzine (Cocomilday) :
    « J’ai eu un peu de mal au début, le sexe prenant le pas sur le reste, au détriment d’une intrigue qui n’avait même pas commencé, et j’ai alors bien cru que je ne lirais pas le livre en entier car j’ai vraiment du mal avec ce genre d’histoires.
    Mais heureusement, tout cela s’est vite calmé puisque l’auteure a judicieusement fait le choix de privilégier l’évolution de l’enquête, la rébellion des démons etc. plutôt que les scènes érotiques, même s’il en reste tout de même, je vous rassure 😉 »

    en réponse à : Toutes les chroniques de la saison 1 #1160
    S. J. Hayes
    Admin bbPress

    Croqueuse de livres :
    « J’ai beaucoup aimé le personnage de Léara, elle est têtue, forte et pleine de doutes. Elle se bat pour ses principes et malgré la peur, elle fonce tête baissé dans le combat, pour sauver ce qui est juste. Mickaël est l’archétype même du parfait petit soldat qui petit à petit, prend conscience des barrière qu’il s’impose à lui-même depuis trop longtemps et en plus… il est canon Mesdames! »

    en réponse à : Toutes les chroniques de la saison 1 #1159
    S. J. Hayes
    Admin bbPress

    Mots silencieux :
    « L’auteure propose un récit bien écrit, fluide, rédigé selon différents points de vue : ainsi, les personnages principaux racontent eux-mêmes leur histoire. L’utilisation de la focalisation interne permet de bien se plonger dans la psyché des personnages, et de montrer différentes facettes du style d’écriture et de l’univers. J’avais peur de découvrir une histoire niaise, et j’ai été agréablement surprise ! Le couple formé par Léara et Mickaël est touchant, moderne, et très sensuel (attention, pour les sensibles, il y a des scènes de sexe). »

    en réponse à : Festival du roman féminin à Paris les 24 et 25 mai #1152
    S. J. Hayes
    Admin bbPress

    J’ajoute quelques photos de moi, prises par d’autres :

    Cliches

    Une photo prise par Valérie, d’Onirik, lors de la présentation « Les clichés dans la romance », ave Chani Brooks, qui était très animée et chouette! On a bien rigolé aussi.

    Selfie avec Sasha

    Mon seul selfie de l’évènement, que je dois à Sasha — merci! (C’est elle dont on a fêté l’anniversaire le soir même.) Si j’ai l’air fatigué, c’est parce que je l’étais… Une nuit blanche plus ou moins rattrapée suivie de deux nuits d’insomnie! 😐

    en réponse à : Festival du roman féminin à Paris les 24 et 25 mai #1148
    S. J. Hayes
    Admin bbPress

    Quelques photos que j’ai prises avec leurs légendes :

    MAS

    Façade de la MAS, où avait lieu le FRF.

    Journée du vendredi 24 :

    NewAdult

    9 h à 10 h : le New Adult, avec Julie Dauge, Magali (animatrice), Angel.B, Georgia Caldera et Erin Graham.

    Lecture

    11 h à 12 h : Lecture d’extraits des romans de Lia Rose et de Julie Huleux. Ça m’a donné envie de lire Alpha Player, même si je n’aime pas trop la couv’ (une des raisons pour lesquelles je ne veux vraiment pas aller en ME, au passage).

    Bikers

    15 h à 16 h : La place de la femme chez les bikers, avec Oliva Rigal, Blandine P. Martin et Ana Scott.

    LiaisonsControversees

    16 h à 17 h : Les liaisons controversées, animé par Fabiola, avec Farah Anah, Mariana, les Emma Green et Diane Hart. C’était l’une des tables rondes les plus intéressantes auxquelles j’ai assistées comme public.

    Ecrire4mains

    17 h à 18 h : Écrire à 4 mains, avec les Emma Green et Lilly Sweet & Kaléna. Les Emma Green sont vraiment drôles, et en cette fin journée, quand il a été question d’aborder leur process d’écriture, elles nous ont gratifiées de détails hilarants; entre ça et l’animation de Lys, j’ai tellement ri que j’en pleurais…

    Journée du samedi 25 :

    Dedicaces

    J’avais oublié mon téléphone le matin, donc je n’ai que des photos de ma table de dédicaces…

    Dedicaces1

    … et d’un côté de la salle.

    Livres

    Les livres avec lesquels je suis repartie, pour lesquels j’ai parfois envoyé des émissaires à la recherche de tout ce qu’elles pouvaient trouver! Mais je suis contente du résultat. Et, en passant, j’ai dédicacé mon livre à Pauline Libersart, à Julie Huleux et à Angel Arekin, na-na-nère! 😛

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 year et 2 months par S. J. Hayes.
    en réponse à : Festival du roman féminin à Paris les 24 et 25 mai #1138
    S. J. Hayes
    Admin bbPress

    Saluuut!!

    Je suis de retour du Festival et, comme à peu près tout le monde là-bas, j’ai passé trois jours de FO-LIE, dans le bon sens du terme! ^_^

    Si je pense à chaque instant de façon séparée, tout n’était pas extraordinaire (même si tout était sympa et que tout s’est bien passé, un grand bravo et merci aux organisatrices!). Et pourtant, l’expérience globale fut très intense, très spéciale… un peu comme dans un roman, au fond, qui techniquement n’est qu’un assemblage de scènes, et peut cependant vous laisser bouleversée à la fin. C’est la mécanique du crescendo, je crois.

    Quand j’ai débarqué le jeudi à la journée auteurs, je ne connaissais que quelques-unes des organisatrices. Je suis arrivée en deuxième, après Mariana, et on a tout de suite commencé à discuter. Mais, ce jour-là, ce n’est pas allé beaucoup plus loin, car j’avais prévu de dîner avec ma sœur à midi, et de voir un autre ami le soir.

    Les présentations elles-mêmes étaient bien en soi (on a parlé d’édition traditionnelle vs autoédition, de fiches personnages, de communication en ligne et de marketing), mais, écrivant et étant dans le milieu de l’édition depuis des années, je n’ai rien appris de très nouveau non plus. J’imagine que c’est toujours difficile de trouver des sujets fédérateurs quand le public risque d’être assez diversifié.

    2ème jour, quand j’ai débarqué au café d’accueil, j’ai eu un moment de solitude au milieu de la foule, et l’impression familière d’être mise à l’écart — une expérience que j’ai tendance à créer moi-même, car j’ai souvent un agenda à moi qui m’empêche de prendre pleinement part au groupe (comme le fait d’avoir des gens à voir à Paris qui n’ont rien à voir avec la romance). Heureusement, Lys (des Romantiques) est venue à ma rescousse et on a papoté…

    Car, bien sûr, les activités organisées étaient très intéressantes, mais c’est dans les interstices qu’on fait vraiment connaissance, qu’on peut vraiment établir un lien personnel avec les autres auteures, avec les lectrices, avec les blogueuses — un lien qui reste même après que chacune a pris son métro, son train, son avion. Car le Festival, c’est pour ça que tant de gens l’adorent, et je le confirme : c’est convivial, c’est comme un grand camp de vacances où, pendant 2 jours, on délire et on communie dans notre intérêt commun pour la romance et la littérature féminine (women’s fiction, feel good).

    Le vendredi soir, j’ai tapé l’incruste dans un groupe de lectrices et blogueuses (+ Mariana), dont une fêtait son anniversaire. Ça a commencé avec un petit concert de Bishop Blue (un groupe de Manchester) dans un café, et ça s’est terminé dans un restau où on a réussi à commander un cocktail différent chacune… En surprise, les membres du groupe nous ont rejointes au restau. Pendant 3 heures, on s’est exclamées, on a ri, on a taquiné le serveur; c’était quelque chose!

    La journée du samedi se terminait par la séance de dédicaces géante; on n’aurait pas pu rêver meilleur climax… Je vous ai déjà mentionné le concept du Festival : les visiteuses avaient payé leur entrée (de façon à couvrir les coûts de l’organisation, celle-ci étant par ailleurs assurée par des bénévoles) et, en échange, des tas de livres leur étaient donnés (certaines participantes en ont récupéré plus d’une vingtaine!). Même si c’est un investissement pour les auteurs, c’est génial, en ce que ça encourage vraiment tout le monde à découvrir tout le monde.

    Quand les portes se sont ouvertes, la foule est entrée comme un raz-de-marée; évidemment, des files se sont instantanément formées devant les auteures les plus connues, Emma Green, Georgia Caldera, Julie Huleux ne se débrouillait pas mal non plus… (J’étais dans la plus grande salle, mais il y avait deux autres salles pour les dédicaces où se trouvaient d’autres auteures que je n’ai pas vues.) Peu à peu, alors que les titres les plus convoités disparaissaient, je me suis mise à recevoir plus d’attention, et puisque tous les livres devaient partir, j’ai fini par passer mes 50 exemplaires. Là aussi, pour moi, les choses sont allées en s’amplifiant.

    J’ai fait 50 dédicaces, des lectrices m’ont dit que je leur avais donnée envie lors des tables rondes, qu’elles avaient déjà hâte au tome 2, que l’épisode gratuit les avait alléchées… Des blogueuses/influenceuses auxquelles je n’aurais jamais osé proposer un SP sont venues prendre mon livre… Bref, c’était très touchant, très gratifiant, très intense, tellement bienveillant, et maintenant j’ai une peur bleue que mon livre les déçoive… :-$

    Le soir, il y avait un souper offert et organisé pour les bénévoles et les auteures. On est allées se bourrer la panse dans le restau chinois Olympiades (la MAS est au sud du 13e), et il y avait même du karaoké. Personnellement, je ne me sentais pas très bien, en plus d’être fatiguée et d’avoir rapidement trop mangé, donc pas de danse ni de chanson pour moi, mais c’était quand même très amusant de regarder et d’écouter les autres! Une très chouette résolution à ce formidable évènement.

    en réponse à : Festival du roman féminin à Paris les 24 et 25 mai #1128
    S. J. Hayes
    Admin bbPress

    Le programme est en ligne!

    Programme

    Si vous me cherchez, voici les différents évènements auxquels je participerai :

    Le vendredi 24 mai
    10 h à 11 h – « La romance, un genre qui continue à faire débat », avec Marie Lerouge, Lou Marceau et Pascale Stephens (salle Potiron)
    12 h à 13 h – « Les clichés dans la romance », avec Chani Brooks (salle Olive)
    14 h à 15 h – Meet & Greet (Hall)

    Le samedi 25 mai
    10 h à 11 h – Lecture (Annexe)
    11 h à 13 h – Atelier d’écriture (salle Emile Laffon)
    14 h à 15 h – « La romance paranormale », avec Farah Anah (salle Aubergine)

    Voici également la liste des livres qui seront offerts au Festival : Liste des livres offerts. En échange de l’entrée, vous recevrez un certain nombre de tickets à échanger contre les titres de votre choix.

    en réponse à : Des nouvelles de la saison 2 / Une playlist? #1125
    S. J. Hayes
    Admin bbPress

    Je ne suis pas croyante, mais, quand je suis tombée par hasard sur cette chanteuse de « musique chrétienne », j’ai réalisé à quel point l’art et la foi se ressemblent… du moins, de mon point de vue. Je ne crois pas en Dieu, mais j’ai un rapport très similaire à ce que j’appellerais, à défaut de mieux, la Muse.

    Même nécessité invisible, ultimement inexplicable de faire, et de faire bien, selon des critères qui peuvent sembler à d’autres beaucoup d’efforts pour une maigre récompense… Même difficulté certains jours à y croire, à se rappeler pourquoi, à choisir encore et encore le petit chemin qui monte, plutôt que la large route qui descend. Certains jours, on ne sent plus la Muse, on ne voit plus la récompense — solitude… Et pourtant la récompense est immense, c’est la plus grande de toutes, la seule, celle qui donne un sens à tout ce bazar qu’on nomme la vie.

    J’aime particulièrement les deux premières lignes de cette chanson :

    Before I bring my need
    I will bring my heart

    Mon besoin, c’est d’écrire ce satané roman pour que je puisse le publier, le vendre, paraître crédible comme écrivaine aux yeux des autres, justifier financièrement de tout le temps que je passe à cette activité…

    Or, toutes ces raisons qui devraient me pousser, m’obliger à écrire, m’enfoncent en réalité dans la mauvaise direction. J’en perds l’envie d’écrire. La seule façon d’écrire, pour moi, est avec le cœur…

    On voudrait contrôler la Muse, exiger d’elle ce dont on a besoin, mais il faut, au contraire, se soumettre à elle, se donner à elle et accepter qu’elle nous transforme, qu’elle nous mène là où on n’avait pas prévu d’aller. Et que cela prenne le temps que ça doit prendre. De toute façon, plus on résiste, plus ce sera long et douloureux.

    en réponse à : Francofête à Longueuil le dimanche 24 mars #1120
    S. J. Hayes
    Admin bbPress

    Alors, comment c’était?? Attendez, je vous dis tout! ^_^

    Ce qu’il faut savoir, déjà, c’est que la veille, c’était mon anniversaire + la fête de mon fils (sa date d’anniversaire est deux jours après la mienne), donc j’avais un peu bu et je n’ai presque pas dormi… Et, inévitablement, je me suis réveillée avec une petite gueule de bois. Argh! En plus, mon speech n’était pas prêt; je l’ai refait vite avant de partir, mes 8 exemplaires de Nocturne sur le dos.

    La Francofête avait lieu à 25 minutes de chez moi, dans une ancienne église reconvertie, donc j’ai marché. Je suis arrivée peu après 9 h 30, l’heure officielle d’ouverture.

    Mes 4 collègues du « café littéraire » étaient déjà là (je suis toujours la dernière!), leurs livres bien disposée sur une table dont la nappe n’était autre que le drapeau québécois. J’ai ajouté les miens (et les quelques signets que j’avais apportés) à la place qu’ils m’avaient laissée, et nous avions des chaises en arrière.

    L’activité qui précédait la nôtre était une dictée… ou plutôt une « ludictée », comme ils l’appellent. LOL Vu le silence de cathédrale qui s’est installé pendant que Pauline Gill (l’invitée phare de l’évènement) dictait le texte, nous l’avons faite avec tout le monde! Après ça, c’était à nous. Ma mère et une amie sont venue juste pour assister à cette partie-là.

    Nous avions une heure, divisée par cinq. Chacun notre tour, nous avons pris le micro pour parler librement sur le thème « Écrire… pourquoi pas! » Nous avions décidé que je passerais en deuxième, ce qui n’était finalement pas plus mal, parce que plus on attend, plus la tension monte! J’ai dû plusieurs fois faire un effort médidatif pour calmer mes battements cardiaques. Je me disais « C’est bon, t’inquiète pas, tu vas déchirer! »

    Et sans vouloir me lancer des fleurs, ça s’est vraiment bien passé… J’avais décidé depuis deux mois que je n’allais ni lire ni réciter. Donc, improviser. Seulement, quand on improvise, le risque est de se mettre à digresser, à partir tous les sens; surtout quand on est très bavarde et qu’on trouve tout passionnant, comme moi. Juste avant la dictée, je m’étais donc préparé une feuille à l’arrache avec l’ordre des différents points que je voulais aborder, pour m’aider à rester dans le sujet.

    Et somme toute, ça m’a suffi. À la fin, il me restait quelques minutes, et un signe selon moi que mon intervention a intéressé la salle, c’est que j’ai eu plusieurs questions! Quelqu’un m’a même demandé si je prévoyais d’écrire une suite à mon roman (je l’avais avec moi pour le montrer) — j’ai halluciné! LOL

    Après ça, c’était l’heure du lunch. Le concept, c’était « un auteur à ma table » : chacun d’entre nous se voyait assigner une table, et les autre dîneurs pouvaient nous poser des questions. À priori, j’avais pensé que cette partie-là passerait mieux que la précédente (un peu plus formelle), mais, pour moi, ça a été l’inverse.

    On m’a posé quelques questions bateau, un peu par politesse (quels étaient mes auteurs préférés, quelles études j’avais faites), mais personne n’a souhaité discuter de mon livre, de mon expérience d’écrivaine, d’éditrice, du milieu du livre… Et ça s’est vite mis à tourner autour de ce que les uns avaient vu à la télé, et de la croisière que les autres avaient manquée. Soit!

    J’ai fait deux ventes après le dîner et une supplémentaire à la toute fin de l’évènement. J’avais dit que si j’en faisais 3 ou 4, je serais impressionnée, et je l’ai été! D’autant qu’aucun des autres auteurs n’a vendu plus que moi (une autre en a vendu autant, je crois)! Comme quoi, même auprès d’un public qui n’est pas à priori notre public cible, on peut donner envie aux gens juste en ayant l’air sympathique et accessible (et en ayant bossé la couv du livre comme je l’ai fait). J’espère juste que mes acheteurs ne seront pas trop choqués par les gros mots et le sexe… LOL

    En début d’après-midi, un groupe de slam (des jeunes autistes menés par leur prof) nous a permis de résister à l’envie de sieste; c’était très sympa, ça apportait aussi un vent de jeunesse à l’évènement. On a enchaîné sans pause avec les « dix mots » : à partir de dix mots imposés, les membres de l’association pouvaient composer un texte de leur choix, et venir le lire à cette occasion.

    Et le clou de la journée, c’était l’intervention de la romancière Pauline Gill, spécialisée en fiction historique et, surtout, dans la mise en avant de ce qu’elle appelle les pionnières, ces femmes parfois mal connues qui ont fait l’Histoire du Québec. Je ne la connaissais pas, et j’ai donc décidé de lui acheter Évangéline et Gabriel, histoire de me culturer un peu.

    Enfin ont eu lieu quelques tirages de lots… et j’ai eu la surprise de remporter un panier de produits locaux! Bon, eh bien, ce n’est pas de refus…

    Finalement, donc, malgré certaines appréhensions, l’évènement était très sympathique, et juste assez modeste pour que je me sente à l’aise (j’estime le nombre de participants à une quarantaine, sans compter les slammeurs et leur public, qui sont venus et repartis juste pour cette partie-là). Après tout, c’était mon tout premier en tant qu’auteure! Et ça m’a vraiment donné le goût d’en faire d’autres!

    en réponse à : [proposition] Passage de Nocturne sous licence CC-BY-NC #706
    S. J. Hayes
    Admin bbPress

    Bien, cette proposition est adoptée. Je passe officiellement le roman sous CC-BY-NC.

15 sujets de 1 à 15 (sur un total de 18)